années 1970  

1970 Les films pornographiques deviennent X .y

Portier de nuit 1974-de Liliana Cavani , pendant 40 ans , le film fut interdit

wenn ich mir was wünschen dürfte

Jennifer Aniston sort de la douche... - JOYEUSE FETE DES MERES

Portier de Nuit 1974-il fît fureur , film sado-maso !

Portier de nuit 1974 

Réalisatrice: Liliana Cavani

Interdit aux moins de 16 ans

Maximilian est portier de nuit dans un hôtel hébergeant des anciens nazis. Lucia accompagnant son mari, chef d'orchestre, loge dans cet hôtel. Maximilian reconnaît en elle une ancienne déportée qui était sa maîtresse. Lucia se trouve attirée par son ancien bourreau et redevient la maîtresse de Maximilian. Mais ils sont traqués par d'anciens nazis qui tentent de faire oublier leur passé.

Date de sortie: 3 avril 1974 (France

Réalisatrice: Liliana Cavani

Titre original: Il Portiere di notte

Bande originale: Daniele Paris

Scénario: Liliana CavaniBarbara AlbertiItalo MoscatiAmedeo Pagani

 

 

Différences entre l'érotisme et la pornographie!

 

 

 

Pour aborder ce sujet, sans tabous, c'est facile car ces deux arts, existent depuis l'origine de l'art graphique, pourquoi ?

1: Pour la pornographie, dans certaines croyances, exemple : notamment pour raviver  la virilité et la fertilité, et aussi  " une fonction pédagogique " 

Ces représentations dont le célèbre KAMASUTRA.

 

Au-delà des positions sexuelles décrites en Inde il y a 16 siècles, le Kamasoutra moderne représente aujourd'hui une ouverture vers un art de vivre plus zen

 

Très souvent, lorsqu'on entend le mot "Kamasoutra" à notre époque, on s'imagine des couples se livrant à des contorsions amoureuses. Le Kamasoutra, c'est certes cela, mais bien autre chose aussi, nous allons le voir en revenant aux sources des textes anciens qui ont fondé ce qu'on appelle le "Kama Sûtra" de nos jours.

 

Érotisme sans pornographie.

Article détaillé : Histoire des représentations érotiques.

 

L'érotisme se différencie de la pornographie en ce que la pornographie se définit par ce qui est montré, tandis que l'érotisme se définit par une recherche artistique provoquant l'excitation sexuelle. La pornographie n'est donc pas un érotisme plus « corsé ».

Elle appartient à un autre domaine sémantique. Il arrive que la pornographie et l'érotisme se confondent, comme il arrive qu'il n'y ait rien à voir. Exemples :

  • Érotisme sans pornographie : une attitude, une posture ou un geste d'une personne qui, bien que vêtue et ne faisant rien de particulièrement « sexy », provoque chez un observateur une excitation ;
  • Pornographie sans érotisme : des films pornographiques qui laissent le spectateur indifférent (pour beaucoup de gens, des corps interagissant de façon mécanique, sans rien exprimer et sans ressenti ne provoquent rien) u des œuvres artistiques qui utilisent la pornographie comme un moyen esthétique (voir certains travaux de H. R. Giger) ; est  
  • Pornographie avec érotisme : ces mêmes films pornographiques, sur un autre public (ou alors réalisés différemment, avec un certain talent de mise en scène ou d'interprétation par exemple) peuvent tout à fait créer une excitation sexuelle.

Dans le langage courant cependant, le terme de « pornographie » n'est souvent perçu que comme une intensification de l'érotisme - voir par exemple la presse TV et la façon dont elle classe les films : un film « érotique » ne montre pas les organes sexuels (contrairement à un film « pornographique ») sans toutefois être forcément « érotique », c'est-à-dire apte à provoquer l'excitation chez le spectateur.

Il est aussi parfois vu comme une perversion de l'érotisme, ce dernier étant jugé plus noble et plus fin car ne montrant pas des parties du corps supposées obscènes.

Cette confusion vient du fait que la plupart des œuvres pornographiques sont faites avant tout pour provoquer des sensations érotiques.

Les termes anglais de « soft » et « hard » sont alors utilisés pour différencier la valeur de ces deux termes que l'on met dans le même domaine sémantique, l'érotisme étant « soft » et la pornographie « hard ».

Comme la distinction entre « soft » et « hard » reste propre à l'appréciation de chacun, il est clair que l'utilisation dans le langage courant des termes de « pornographie » et « érotisme » rend difficile et souvent confuse toute analyse du sujet.

André Breton résumait cette question avec humour : « la pornographie c'est l'érotisme des autres ». L'érotisme étant "plus noble", on appelle plus facilement "pornographique" ce qui est fait par un autre.

 

 

 

 

 

Le X devient , un critère désignant , un film dans lequel ; un acte sexuel est filmé en montrant les organes génitaux !

 

Affiche du film Gorge profonde (1972).

Un film pornographique, aussi appelé film X, film pour adultes, film hard ou film rose, est un film à une visée érotique contenant des scènes où le rapport sexuel, non simulé, est montré de manière explicite dans le but de provoquer l'excitation sexuelle du spectateur.

Les films pornographiques relevant du « porno hard » se distinguent des productions dites « porno soft », terme désignant les films érotiques où le rapport sexuel est simulé.

Dans le hard — terme désignant le cinéma pornographique proprement dit — les organes génitaux, dont le pénis en érection, sont directement montrés à l'image, avec de fréquents gros plans, dans des scènes représentant le coït dans son intégralité. La plupart de ces films sont interprétés par des acteurs spécialisés, mais d'autres peuvent au contraire mettre en scène des personnes non professionnelles.

Dans les premiers temps, les films pornographiques sont destinés à des projections personnelles ou à des clubs privés, dans des conditions souvent clandestines. Par la suite, ils sont projetés dans des salles de cinéma spécialisées. À compter des années 1980, les films pornographiques gagnent en visibilité grâce à leur diffusion en cassettes puis en DVD, ainsi que sur certaines chaînes de télévision. La pornographie connaît ensuite une nouvelle révolution avec l'ère de l'Internet, qui facilite beaucoup l'accès à ce type de productions.